Aboutissement d’un long sacrifice financier, la construction d’une maison nécessite une étude minutieuse. Dès lors, il importe de connaître les pièges à éviter pour être à l’abri des mauvaises surprises.

Avant de se lancer dans la construction d’une maison, il faut prendre certaines dispositions pour se prémunir.

 

Une étude du sol comme préalable

Dans la construction d’une maison en Belgique, l’achat d’un terrain est fondamental. Tellement crucial qu’il faut recourir à un géotechnicien chevronné pour une étude du sol. En effet, de la qualité du sol dépend les fondations du futur édifice. À titre d’exemple, un terrain inondable nécessitera plus de travaux qu’un sol plat. Forcément, cela va impacter sur le budget de construction.

Il en est de même pour un terrain non raccordé aux réseaux domestiques. C’est pourquoi il faut vérifier auprès de l’autorité municipale que votre site est bien raccordé.

Une fois disposé du site, il faut s’atteler à son bornage. Bien que facultatif, le bornage délimite les périmètres entre deux proches terrains. Ainsi tout malentendu futur sur la paternité du terrain est évité.

 

construction-maison-ossature-bois2

 

Supporter des coûts supplémentaires

Votre maison sera à la hauteur de votre budget. Donc même bien ficelé, le budget risque de connaître des coûts supplémentaires en fonction de l’évolution des travaux. On doit être prêt à supporter les dépenses supplémentaires. La finalité de la maison en dépend.

 

Privilégier les versements graduels

Toujours dans le registre financier, le versement ne doit pas se faire en intégralité. Il est établi, en règle générale, que le constructeur traine les pieds pour achever le chantier si le versement est effectué en entier. Pour le paiement de la construction de la maison, deux choix sont à faire :

  • Soit vous payez deux fois 5 % des coûts d’abord au moment de signer la convention qui vous lie avec le constructeur et ensuite lors de la délivrance d’un quitus de construction établie par la commune.
  • Ou alors vous souscrivez à un dépôt de garantie dont le montant à verser ne dépassera pas 3 % du prix de la construction. Cette option présente l’avantage de se faire rembourser en cas d’impair du constructeur avant le démarrage du chantier.

En revanche après le début des travaux, les paiements devront se faire suivant une réglementation à des taux définis par le code de l’habitation.

 

construction-maison-ossature-bois

Trouver un bon prestataire

Afin que le chantier se déroule comme prévu, il est important d’avoir un partenaire de confiance. La fiabilité de l’architecte de votre ouvrage est à vérifier en consultant le registre de commerce et des sociétés. Cette consultation permet de savoir si le technicien n’est pas dans une situation précaire. Il faut aussi penser à consulter d’anciens travaux qu’il a eu à accomplir pour avoir une idée sur la qualité de son travail.

En somme, que l’on décide de confier la construction de sa maison à un architecte ou un entrepreneur, on doit se faire établir par le prestataire un devis complet et précis.

 

Choisir le bon devis

Le bon devis est celui qui prend en compte certains paramètres comme le volume et la qualité des matériaux, la date de livraison du chantier, les conditions de paiement.

Négliger les visites de chantier régulièrement et établir un contrat imprécis sont également des pièges à éviter pour la construction d’une maison.